samedi 21 janvier 2017

Arbre et Inukshuk

Histoire de pierres et histoire d’arbre. La nature, l’émerveillement, la poésie sont le fil conducteur de ces deux spectacles courtes-formes sur table, sans paroles. Un univers fantastique créé à partir de peu de choses : des cailloux et des bouts de bois !

Petit Outremont
Dimanche 22 janvier 2017 à 11 h

Lundi 23 janvier 2017 à 10 h
Pour tous, à partir de 4 ans
Tarif unique : 15$
casteliers.ca

Ne m'oublie pas

Du 15 février au 25 mars 2017
Théâtre Jean Duceppe, Place des Arts

Texte Tom Holloway

Mise en scène Frédéric Dubois

Traduction Fanny Britt

Avec François Papineau, Louise Turcot, Jonathan Gagnon et Marie-Ève Milot

Décor Jasmine Catudal
Accessoires Normand Blais
Costumes Linda Brunelle
Éclairages Caroline Ross
Musique David Ratté
Vidéo Yves Labelle
Assistance à la mise en scène Guillaume Cyr

RÉSUMÉ

Les souvenirs du passé sont les rides de l’âme.
– Xavier de Maistre

« Je suis rentrée du travail et tu étais parti. » Gerry est dans la cinquantaine. Il a quitté Liverpool quand il avait trois ans. Mary en a 70. Elle n’a jamais cessé de célébrer l’anniversaire de son fils, malgré le fait qu’en rentrant à la maison un jour, elle découvrait qu’il avait disparu. Parti au bout du monde, vers une meilleure vie, disait-on, avec promesses d’air pur, d’abondance et d’une famille accueillante. La réalité était tout autre. Aujourd’hui, alcoolique, colérique et hanté par son passé, il est le père de Sally. Un très mauvais père. Ensemble, ils iront à la rencontre de l’histoire de Gerry. Pour tenter de comprendre ce qui a fait de lui ce qu’il est et pour apprendre, peut-être, à aimer. Pour savoir d’où il vient, pour voir enfin où aller.

Inspiré d’un fait réel et terrible, le magnifique texte de Tom Holloway expose une injustice historique dont les victimes sont des enfants. Entre 1945 et 1968, dans le cadre d’un programme créé par le gouvernement britannique, on a menti à au-delà de 3000 petits, leur annonçant qu’ils étaient orphelins. On les expatriait en Australie, à cette époque obsédée par sa politique migratoire «White Australia» qui encourageait l’immigration européenne blanche. En réalité, pour la plupart, ils subissaient maltraitance et abus. Avec Ne m’oublie pas, on assiste aux premières conversations, douloureuses, mais belles, d’une famille dispersée et de nouveau rassemblée. Un sujet tristement intemporel et universel. Une œuvre-choc.




Inspiré du journal de Frida Kahlo

Vingt ans après sa création en 1997, la compagnie lyrique de création Chants Libres reprend _Yo soy la desintegraciòn.

Cette œuvre puissante et évocatrice, inspirée du journal intime de l’artiste iconique FRIDA KAHLO, nous entraîne dans le monde intime d’une jeune peintre qui répond aux blessures d’un lourd destin avec ténacité, courage et passion.

Conçu et mis en scène par PAULINE VAILLANCOURT, dans une scénographie de l’artiste visuelle ANITA PANTIN, et les éclairages de NANCY BUSSIÈRES, l’opéra sera interprété en 2017 par la jeune soprano STÉPHANIE LESSARD, les 5, 6 et 7 MAI à Montréal, à la Cinquième Salle de la Place des Arts.

UN EXTRAIT DE L’OPÉRA EST PRÉSENTÉ AU PUBLIC CE DIMANCHE 22 JANVIER À 13H15 AU GESÙ, à l’occasion des portes ouvertes Le Vivier, Carrefour des musiques nouvelles. L’évènement est gratuit et ouvert à tous.

vendredi 20 janvier 2017

Lignedebus

Une production du Théâtre I.N.K.
codiffusée par le Théâtre Aux Écuries

Texte et mise en scène de Marilyn Perreault

Après une cinquantaine de représentations en français et en anglais, ce neuvième spectacle du Théâtre I.N.K. revient sur les planches grâce à l’engouement du grand public et du public scolaire. Cette pièce créée par Marilyn Perreault, à partir de conversations, mouvements et comportements typiques relevés dans les transports en commun, aborde des questions d’actualité tels que la perception de l’autre, le jugement qu’on porte rapidement sur son apparence, sa culture ou son appartenance religieuse. L’auteure et metteure en scène traite également de l’acharnement médiatique (par les grands médias ou les réseaux sociaux) réservé à certaines tragédies, qui engendre parfois des «coupables sans procès».

Lignedebus, c’est aussi un spectacle où les formes s’enchevêtrent : mouvement acrobatique, danse et projection vidéo autour d’un autobus qui se «déshabille» de ses murs pour livrer peu à peu les marques visibles et invisibles de la tragédie qu’il porte.

Sandy, Rachel, Jimmy, Daniela et Henry se trouvent dans un autobus de ville quand une explosion y survient et entraîne la mort de tous les passagers. Les premières images qui sortent ensuite dans les médias et réseaux sociaux sont celles de la caméra de surveillance de l’autobus et celles d’un téléphone intelligent; on y voit Jimmy, un jeune étudiant arabe, et Daniela, sa copine, entrer dans l’autobus avec un air suspect et un sac à dos. Avant même que débute l’enquête policière, on conclut à un acte terroriste perpétré par Jimmy. Mais était-ce vraiment le cas? Chargée de faire la lumière sur cette tragédie, la coroner se battra contre ses propres préjugés et sera aidée par Sandy, une jeune collégienne de 15 ans décédée dans le même autobus à un moment antérieur.

La représentation du mercredi 22 février sera suivie d’un débat sur le thème du terrorisme et des médias de masse. Haroun Bouazzi, coprésident de l’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité (AMAL-Québec), animera ce débat en présence de Guillaume Hébert, chercheur à l’IRIS; Jean Pichette, directeur de la revue Liberté; Dalila Awada, membre du CA et fondatrice de la Fondation Paroles de femmes; Marilyn Perreault, codirectrice artistique du Théâtre I.N.K. et du Théâtre Aux Écuries.

 15 & 25 FÉVRIER
20 H EN SEMAINE DU MARDI AU VENDREDI
 | 16 H LES SAMEDIS
19 H LE MERCREDI 22 FÉVRIER


TEXTE ET MISE EN SCÈNE MARILYN PERREAULT

DISTRIBUTION VICTORIA DIAMOND, ALEXANDRE LAVIGNE, MARILYN PERREAULT, ANNIE RANGER, HUGUES SARRA-BOURNET, INES TALBI, JULIE TAMIKO MANNING ET VICTOR ANDRÉS TRELLES TURGEON

jeudi 19 janvier 2017

LANCER VOTRE ENTREPRISE DE MODE ÉTHIQUE

Formation en ligne de 12 semaines disponible en français et an anglais.

CONTENU DE LA FORMATION :
  • Définition des objectifs et création d’un modèle d'affaire.
  • Les enjeux clés du développement durable, de l’entrepreneuriat social et de l’économie sociale et solidaire.
  • Définition de votre valeur sociale et ou écologique.
  • Évaluation de l'impact social.
  • Alliances et partenariats stratégiques & Gouvernance.
  • Stratégie de marque et sa planification de produit.
  • Stratégie de marketing responsable.
  • Approvisionnement responsable et développement de produit
  • Stratégie de prix, projection des ventes et recherche de financements.
  • Lancement de produits/services et organisation d’événements éco-responsables.

La formation dure 12 semaines. Elle est subventionnée par le MELS (Ministère de l’Éducation et du Sport). Vous ne payez que le frais d’inscription et le matériel.

recrutement@feminternational.org / www.feminternational.org www.ethik-bgc.ca / 514-656-6929 6050 rue St-Hubert, H2S 2L7 Montréal, QC

Mon voisin l'architecte, cet inconnu ? Jamais plus !

C'est le retour des ateliers Mon voisin l'architecte, cet inconnu ? Jamais plus !

6 visites participatives s'échelonneront en 2017 avec dès le 18 février, de 14h à 16h, une rencontre avec Randy Cohen (Atelier Big City) et Sudhir Suri (L'OEUF), concepteurs de la bibliothèque Benny située dans le Centre culturel de Notre-Dame-de-Grâce.
Visite + atelier en compagnie de Philippe Lupien, le tout coordonné par Pauline Butiaux.

Samedi 18 février 2017, de 14h à 16h
Réservations à la MAQ au 514 868-6691
maisondelarchitecture.ca

Phyllis Lambert : 75 ans au travail

Le Centre Canadien d’Architecture ( CCA) présente Phyllis Lambert : 75 ans au travail , une rétrospective qui met en relief sa profond e implication en ce qui a trait aux problématiques de la ville, l’environnement bâti et la recherche intellectuelle. A l’affiche du 18 janvier au 4 juin 2017, dans les vitrines du hall du CCA, cette exposition retrace l’évolution de ses idées et de son travail architectural, curatorial et éditorial, à partir de pièces tirées de la collection et des archives institutionnelles du CCA , ainsi que du Fonds Phyllis Lambert.

Rare femme montréalaise à avoir du succès dans une ville anciennement ultra-religieuse, ville restée ultra-sexiste et ultra-masculiniste
Reconnue mondialement en tant qu’architecte, auteure, chercheuse, conférencière, commissaire, critique d’architecture, protectrice du patrimoine, citoyenne engagée, militante et fondatrice du CCA, Phyllis Lambert n’aura de cesse de revendiquer qu’il est important de « bâtir un édifice qui témoigne des meilleures aspirations de notre société ».

L'exposition se tient au Centre Canadien d'Architecture.